Pas de photo de la dernière compétition de Cachan, à laquelle Eric, Marcel, Frédéric D et Frédéric S ont participé, mais Frédéric S nous a adressé la lettre suivante :

 

Cap'tain Marcel fut trop inspiré, trop de souffle, en cet après-midi du samedi 17 janvier à la piscine municipale de Cachan pour le championnat Départemental du Val de Marne 2015. Ses coulées en dos sont fantastiquement longues, et cela n'a pas échappé aux juges qui, peu sensibles au mystérieux homme poisson, bien au-delà des quinze mètres réglementaires, ont disqualifié l'élégance sous l'eau.

Notre héros de cette journée fut sans conteste Éric, débutant au grand cœur, qui n'a pas hésité à se lancer dans trois épreuves pour sa toute première compétition maître: 50 Brasse, un relais 4X50 4 nages (Brasse encore), et pour finir un 200 Brasse qui fut hélas moins heureux, encore et toujours cette histoire des deux mains bien posées à plat avant la coulée, et les juges toujours intraitables... Mais on ne l'y reprendra plus. Il nous l'a promis. Éric est comme ça.

Le sacrifice de Fred fut exemplaire. En petite forme, une préparation tronquée, Fred dans le relais nous a offert un papillon avec bras et jambes du moment: « Ça ne veut pas...  Ça ne veut pas aller vite! ». Et comme il n'est pas l'homme d'un seul défi, Fred sous nos encouragements, dans un 200 4 nages tout au courage...

Quoi de mieux pour terminer la journée qu'un 800 Nage Libre! Et c'est notre cap'tain Marcel qui veut en découdre, qui veut se rattraper, et qui améliore de plus de 20'' un 800 généreux, deux par lignes, chacun ses culbutes, chacun son homme affiche qui décompte les 50 mètres encore à faire.

Enfin votre serviteur s'est ragaillardi en améliorant par deux fois ses records personnels en 50 Brasse et en 50 dos. Mais toujours cette fameuse barre des 1'15'' au 100 Nage Libre qui résiste, elle se refuse, elle ne tombe pas...

Le soir. Un peu fatigués, un peu las, nous avons refait le match, la journée en analyse, décryptage des points forts et des points faibles de chacun, sous les yeux ahuris des autres voyageurs du RER B.